Et si nous partions à la rencontre du groupe français Improbable Evidence. Si vous avez besoin de commencer votre journée de la plus électrique des manières, “Tellement Toute Seule” est fait pour vous. Une découverte electro-pop, tintée de touches de rock et de Synthé 80s “Tellement Toute Seule” ne manquera pas de vous sortir de l’instant pour vous emmener dans son univers, un endroit où l’on se sent bien.

Des mélodies implacables, une délicatesse musicale, Improbable Evidence s’impose. Le duo le fait avec facilité et classe sans bousculer. Une belle découverte à écouter au plus vite ci-dessous et à découvrir via notre interview ci-dessous:

Votre personnage d’artiste est mystérieux, qui se cache derrière? 

Improbable / Evidence :
Deux personnalités bien différentes. Le fruit d’une rencontre, bien… Improbable…
Nous sommes deux, et chacun d’entre nous a un passé très différent dans l’univers musical.
D’un côté un DJ Producer renommé dans l’univers de l’électro. De l’autre, un businessman repenti, au track-record très « chanson française ».
C’est cette diversité qui fait l’originalité du projet.
C’est pour cela que nous avons créé un nouveau projet, avec une identité très spécifique, et du coup, un peu secrète….

Quel est votre secret pour créer des titres comme « Tellement toute seule », et qu’est-ce qui vous a inspiré son histoire?

Improbable :
Qui n’a pas vécu une rupture en équilibre entre la libération et le désespoir ?
Chacun d’entre nous a puisé dans ses souvenirs et ses propres cicatrices.
Quand on sait qu’on doit partir, qu’on ne sait pas pourquoi, et qu’on serait, au fond, heureux de rester…. 

Évidence :
À l’origine le titre est un piano voix à 60 BPM qui sonne comme un slow, vous doublez la vitesse, vous y injectez des sonorités rétros, renforcez l’ambiance années 80…
Voilà comment j’ai, de mon côté, abordé ce titre. Et voilà comment on tient là le fil rouge du projet.

Il y a un côté rétro, mélancolique. La musique ‘old school’ vous inspire t-elle, et que pensez-vous de la musique d’aujourd’hui ?

Improbable :
Old school ? A fond. La chaleur des synthés analogiques, la dynamique molle des Rhodes, la construction rassurante des chansons à texte.
C’est notre histoire, ce sont nos racines. Et c’est aujourd’hui très moderne. Car on le produit avec une qualité irréprochable.
En ce qui concerne la musique d’aujourd’hui, elle est beaucoup polarisée en France autour du Rap.
J’adore et je hais !!
J’adore quand le Rap à l’intelligence des textes et de la mélodie. Quand Nekfeu nous emmène dans son phrasé et ses rimes insensées.
C’est la vraie poésie du XXIème.
Je m’énerve quand c’est juste un copieur qui pose ses fesses sur une grosse voiture et qui monte l’auto tune à fond en ayant oublié toute inspiration.
Il y en a, hélas, beaucoup trop.

Évidence :
Ce projet est évidemment un énorme clin d’œil aux années 80, que ce soit par la voix, ou les instruments.
Donc oui s’il y a une grosse inspiration Synthwave, les morceaux transpirent aussi la modernité de la Pop.
“La musique d’aujourd’hui” n’a jamais autant été inspirée par celle du siècle dernier, reprises, samples, styles … La modernité dans la nostalgie 🙂

Quels sont les moments clés de votre parcours musical, ceux que vous retiendriez ?

Improbable :
Bien sûr, la scène.
En particulier, une saison complète dans un théâtre pour une fable musicale construite autour de mes titres.
La musique et la performance au service du verbe…
La vie de théâtreux…

Évidence :
Des moments clés dans mon parcours musical, il y en a eu bcp, je citerai entre autres :
– Bien sûr mon premier EP, un rêve de gosse.
– La première fois que j’entends ma musique en radio.
– Les premières grosses scènes, festivals, techno parade, voyages à l’autre bout du monde…
– Mes rencontres avec d’autres artistes et personnes avec qui j’ai pu collaborer, à l’image de ce nouveau projet.

Et concernant vos pires souvenirs de scène ou de carrière ?

Improbable :
Un soir où tu es au clavier sur scène, presque dans un seul en scène, et tu t’aperçois dès le premier titre que ta pédale sustain ne fonctionne pas…
Alors tu passes tout le concert à changer ta manière de jouer, tétanisé.
Et à la sortie, le public ne s’est aperçu de rien…
Ouf !

Évidence :
La musique est pour moi quelque chose de très festif, et j’ai tendance à être très optimiste même quand tout va mal.
Mais des galères j’en ai eu, la table de mixage qui grille en plein set, obligé de mettre la soirée en pause, car l’organisateur n’a pas trouvé judicieux d’en avoir une de secour, j’ai connu…

Add comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *